Autrefois, vivre d’amour et d’eau fraîche suffisait pour vivre heureux toute la vie. Aujourd’hui, ce n’est plus le cas, car nous sommes devenus tous plus exigeants, moins disposés à renoncer à nos propres styles de vie.
Afin d’être prêts, de ne rien se cacher, d’éviter que naissent de fâcheuses équivoques et, pour sourire un peu, voici quelques questions. Certaines d’entre elles concernent la famille d’origine, ceci dans le but de montrer à quel point les habitudes précédentes peuvent influencer le futur mariage. Les divergences d’opinions, par exemple, comment sont-elles affrontées? L’échange est-il pacifique ou y a-t-il de vraies batailles verbales? Car souvent cette attitude se révèle «héréditaire» et influencera la manière de faire valoir ses droits dans la future famille: il est bon de le savoir au préalable pour y faire face le mieux possible. À propos de la famille, une question à brûle-pourpoint concerne les futurs beaux-parents. Y a-t-il une bonne entente avec eux? Dans le cas contraire, le risque est qu’ils déstabilisent la relation. Le couple saura-t-il se défendre? Et les expériences précédentes avec d’autres partenaires auront-elles des répercussions sur la vie des mariés, surtout si celles-ci n’ont pas été positives? Est-il bon d’en parler ou de tout cacher?
Une question délicate concerne les enfants: tous les deux en désirent-ils vraiment? Et lui, jusqu’à quel point est-il disposé à s’en occuper, à partager la responsabilité, à les soutenir dans leur croissance, à jouer avec eux? L’aspect économique est également important. Le compte en banque sera-t-il mis en commun ou chacun continuera-t-il à conserver son autonomie? Par rapport aux dépenses, comment se comportera-t-on? Apprécie-t-on le luxe à tout prix ou bien préfère-t-on une gestion avisée des ressources, car un jour «on ne sait jamais»? Au-delà du sexe qui est un ingrédient fondamental afin que toute relation soit harmonieuse, une question surgit spontanément. Savez-vous vraiment dire «je t’aime», d’un amour sincère, indépendamment des obstacles qu’il faudra affronter?

Main dans la main, lui et elle discutent de leur futur mariage en se regardant tendrement. Elle, elle rêve d’une cérémonie en grand style avec des centaines d’invités, une robe de conte de fées et un lieu pour la réception à couper le souffle, à pic sur la mer. Lui, il voudrait en revanche prononcer son engagement dans un contexte plus intime et informel en compagnie de quelques amis triés sur le volet. La discussion, à ce point, s’enflamme et semble dégénérer face à la question fatidique: église ou mairie?
De tels épisodes peuvent faire sourire qui a déjà vécu cela: on préfère peut-être oublier ces petits et grands compromis auxquels il a fallu parvenir pour la tranquillité de tout le monde, famille comprise. Or, quand il s’agit d’organiser le mariage, même les mariés les plus pacifiques risquent de perdre leur sang-froid. Oui, car selon la définition, le plus beau jour de la vie est unique et, sauf imprévu, ne se répétera plus. Alors, que faire pour ne pas risquer de voir voler les assiettes encore avant l’échange des alliances? À ce sujet, les experts en psychologie s’accordent pour donner un précieux conseil: rester calme et avoir beaucoup, beaucoup de patience! C’est peut-être le premier et vrai moment de confrontation avec son partenaire, il est donc nécessaire d’apprendre depuis le début à gérer les éventuelles divergences.
Mais, si l’un des deux ne veut vraiment pas céder? Est-il important, à vrai dire, de se marier selon des règles bien précises ou peut-on être également satisfait dans un contexte différent?
Au cas où les contraintes viendraient de l’extérieur, des parents ou des amis les plus intimes, par exemple, l’attention doit être focalisée sur un facteur dont il faut absolument tenir compte: le mariage est un événement tout à fait personnel et seules les personnes qui le vivent elles-mêmes sont en mesure de prendre les décisions les plus appropriées. Si les futurs mariés réussissent à organiser le tout en commun accord, l’événement sera sans aucun doute un succès, quoi qu’il arrive!

Invités surprise
À présent, tout est prêt : la robe, les alliances, la cérémonie nuptiale, les témoins et les enfants d’honneur. On commence le compte à rebours, tout le monde est excité… Mais quelque chose va de travers et, hélas, la cérémonie est annulée. Comment réagir face à une telle expérience douloureuse ? Il y a la personne qui part en vacances ou celle qui se lance dans une vie de célibataire effrénée ou qui s’enferme chez elle et sombre dans la dépression ou en revanche celle qui, grâce à une disposition d’esprit remarquable, accomplit un geste d’humanité sincère. C’est ce qui est arrivé à Dana Olsen : un mois avant son mariage, cette Américaine a été abandonnée inopinément après quinze ans de fiançailles. Deux cent cinquante invités étaient attendus et la cérémonie avait donc exigé un investissement pharaonique. La jeune femme ne s’est cependant pas laissé démoraliser et après un premier moment de désarroi bien compréhensible, elle a décidé d’inviter au banquet cent cinquante femmes et enfants sans domicile fixe qui étaient hébergés dans le foyer d’accueil Mary’s Place de Seattle. L’équipe de maquilleurs et coiffeurs, engagée pour le mariage manqué, a été employée dans la préparation des invitées inhabituelles auxquelles a été offert un très bon repas accompagné d’une musique de fond live. Le geste solidaire de Dana n’est pas le premier du genre : quelques mois plus tôt, Kari Duane, une autre Américaine laissée subitement par son fiancé, avait choisi d’inviter des sans-abri à son somptueux banquet de trente-cinq mille dollars.
http://video.corriere.it/abbandonata-altare-sposa-seattle-regala-ricevimento-nozze-senzatetto/20ccf7be-bed4-11e5-8000-980215fcd4e6

De nombreux couples ne sont pas seulement liés par un amour incommensurable, mais également par une passion profonde pour quelque chose ou par un parcours spirituel. Les cérémonies traditionnelles, qu’elles soient civiles ou religieuses, peuvent leur sembler quelque peu contraignantes. Pour apporter une empreinte très personnelle à leur union, certains souhaiteraient que le rite soit parsemé de symboles importants à leurs yeux. Un rêve? Non, une réalité à la portée de tous: il suffit d’opter pour une célébration «laïque humaniste» (nommée également «non confessionnelle»).
Il s’agit d’un moment symbolique qui est organisé généralement, mais pas nécessairement, après le rite civil. Pendant cette célébration, grâce à un officiant laïque, les mariés partagent leur projet de vie avec leur famille, leurs amis et toutes les personnes qui ont une importance particulière. Tous les invités, indépendamment de leur credo religieux, peuvent être appelés à partager des textes littéraires ou poétiques et à écouter ou exécuter des morceaux de musique. C’est un moment très intense où s’expriment les sentiments et les émotions. Le choix de vivre ensemble pour toute la vie n’est en effet pas uniquement une question «légale» de droits et de devoirs, mais c’est un moment clé de l’existence qui a une valeur. Il est important de célébrer cela de manière personnelle et impliquée, loin de toute standardisation.

Une caméra vidéo circule furtivement en filmant de brèves séquences lors des préparatifs de la mariée, de l'échange des alliances dans le bois enneigé et du buffet avec les invités. Jusque-là rien de particulier. Ce qui rend le film exclusif, c'est le fait que son auteur soit justement un chien! Addie et Marshall Burnett, un couple du Tennessee, ont choisi Ryder, leur très cher ami à quatre pattes, comme «reporter» pour leur mariage. Avec l'appareil «fixé» sur son dos, Ryder a filmé en toute tranquillité et a saisi d'un point de vue inhabituel les moments cruciaux des noces célébrées dans le décor du premier rendez-vous des deux jeunes mariés, la Roan Montain. Une idée originale dont on peut s'inspirer, si l'on désire être immortalisé de manière totalement inédite. Il est possible de regarder le film sur YouTube https://www.youtube.com/watch?v=SPROD2u7Ulo

Les couples qui choisissent de célébrer leur mariage à l’église peuvent demander la Bénédiction du pape sur parchemin. Il suffit de suivre quelques démarches simples pour recevoir un précieux souvenir qui accompagnera les époux toute leur vie.

La Bénédiction papale (connue également comme Bénédiction apostolique sur parchemin) peut être demandée par tous les couples qui choisissent de s’unir selon le rite catholique.
Pour l’obtenir, deux possibilités sont proposées: se rendre personnellement auprès des bureaux de la Cité du Vatican (Aumônerie Apostolique, du lundi au samedi de
8 h 30 à 13 h 30) ou adresser le formulaire téléchargeable sur le site du Vatican (www.vatican.va) par lettre ou par fax. Il doit y figurer: le nom et le prénom des mariés; la date, le nom de l’église et la localité où sera célébré le mariage; l’adresse où l’on désire recevoir le parchemin. La Bénédiction papale peut être demandée en italien, anglais, français, allemand, espagnol, portugais et polonais.
Le coût varie entre 13 et 25 € (selon le modèle choisi par le Bureau pour l’occasion indiquée) auxquels s’ajoutent 7 € pour l’expédition par la Poste ou 13 € par courrier. Il faut compter un délai d’environ un mois entre l’expédition du formulaire et la réception du parchemin.
En recevant ce précieux souvenir, les futurs mariés accomplissent en outre un geste généreux: la plus grande partie de l’argent récolté avec la Bénédiction apostolique est en effet destinée à des œuvres de bienfaisance.

Un désir de se distinguer, de faire quelque chose de nouveau qui restera gravé pour toujours dans la mémoire de tous les invités (et pas seulement)… À la recherche de l’exclusivité, les mariés sont toujours plus nombreux à choisir de célébrer leur mariage en dehors des canons traditionnels. Et pour les contenter, il n’y a que l’embarras du choix.

Tout d’abord, il s’agit d’identifier le type de décor pour lequel on ressent le plus d’affinités. Si l’on ne craint pas les températures les plus rigides, et si l’on est prête à renoncer aux talons hauts et peut-être également à la traîne, alors choisir un sommet enneigé, louer un hélicoptère ou une motoneige et se faire transporter au sommet avec ses invités est parfait. La réception peut être organisée dans un chalet, un château ou un grand hôtel, enveloppé magiquement par la neige. Il est possible de se marier en Laponie, de décembre à avril, dans la petite église en glace de l’Ice Hôtel (www.icehotel.com). Celle-ci peut accueillir jusqu'à 40 personnes.
Les amoureux de la mer peuvent opter pour un mariage sur une plage de sable, pieds nus naturellement, avec tout le nécessaire pour couronner leur rêve d'amour avec un beau plongeon. On peut aussi se promettre l'amour éternel à 20 mètres de profondeur ou bien dans un village polynésien rejoint en pirogue, le tout accompagné de musique, de danses et de chants cérémoniels (www.viaggidinozze.net). Les mariés attirés par le monde marin, mais préférant une cérémonie plus calme, peuvent se laisser charmer par les fascinants décors de l'Aquarium de Gênes (www.acquariodigenova). Pour que tout le monde retienne son souffle, certains choisissent de rallier le lieu du mariage en avion, en se laissant tomber en parachute au dernier moment. Dans ce cas, l'idéal est de se faire accompagner par les amis les plus intimes et peut-être un officiant disposé à célébrer la cérémonie dans les airs. Si l'on vise encore plus haut, viaggidinozze.net organise à Cap Canaveral, en Floride, un voyage à couper le souffle à bord d'un avion spécial offrant l'effet «gravité zéro» pendant la phase de vol plané. L'agence anglaise marrybroad.com.uk propose des destinations inédites, comme les minières d'or abandonnées du Nevada ou en taxi à New York. Lorsque la passion du football unit également les mariés, alors pourquoi ne pas choisir le stade du FC Barcelone où l'on peut savourer également un buffet (www.cataloniaweddings.com)?

Lors du plus beau jour de votre vie, il est possible d’offrir une aide concrète à ceux qui en ont le plus besoin: il suffit d’organiser chaque chose dans une optique solidaire.
Les futurs mariés qui choisissent de célébrer leur mariage à l’enseigne de la solidarité sont toujours plus nombreux. Cela signifie que tout est organisé pour que cela soit qualitativement irréprochable, mais également pour obtenir un impact positif au niveau social, environnemental et culturel. De cette manière, un événement particulier comme un mariage peut devenir vraiment inoubliable, non seulement pour les mariés et les invités.
Pour le repas ou le cocktail, vous pouvez demander par exemple un service traiteur et de banquets qui fait appel pour la préparation des repas à la collaboration de personnes différemment habiles ou socialement en difficulté. Il est également possible d’opter pour un menu à faible impact environnemental avec des produits locaux exclusivement biologiques ou végétaliens.
La réalisation des bonbonnières et des faire-part peut être confiée à Onlus (organisation d’entraide sociale à but non lucratif) qui offre un emploi à des personnes handicapées ou marginalisées.
De même, la robe de mariée peut être écoresponsable grâce aux tissus naturels, comme le lin grège ou la soie obtenue avec des méthodes de production sauvegardant les vers à soie.

Nouvelles archives